Tag Archives: monsieur Chouchani

Chouchani vu par Garouste

En attendant le film tant attendu sur Monsieur Chouchani, le réalisateur Michael Grynszpan continue son enquête sur les traces du mystérieux Monsieur Chouchani. Après avoir rencontré des centaines de témoins à travers le monde, dont Elie Wiesel à New York, et fait des découvertes fabuleuses, il souhaitait entendre la vision des artistes qui avaient travaillé sur le mythe Chouchani. Voici en exclusivité un petit reportage sur sa rencontre avec Gérard Garouste, un artiste contemporain majeur, qui a réalisé plusieurs travaux sur Monsieur Chouchani. Il aime faire se rencontrer dans ses oeuvres Franz Kafka, Borges ou Levinas avec Chouchani. Ces tableaux sont exposés à la Galerie Templon Paris.

Shushani at the Museum of the Jewish People

Monsieur Chouchani in the new Museum of the Jewish People in Tel Aviv. It’s amazing. At last! A few years ago he was totally unknown in Israel. The artist who made this painting may not even know that according to many witnesses Chouchani was never seen holding a book in his hands.Chouchani in the new Museum of the Jewish People in Tel Aviv

מר שושני במוזאון העם היהודי החדש בתל אביב. זה מדהים! הגיע הזמן… לפני כמה שנים הוא לא היה מוכר בכלל. האמן שצייר אותו כאן כנראה לא יודע שלפי עדים רבים לעולם לא ראו את מר שושני מחזיק או קורא ספר.

Monsieur Chouchani et le talisman, une histoire humoristique, incroyable mais vraie

Monsieur Chouchani et le talisman, une histoire humoristique, incroyable mais vraie

La légende et le mystère autour de Monsieur Chouchani ne se réduisent pas à la question de son identité. Beaucoup d’autres interrogations à son sujet ont préoccupé tous ceux qui l’ont croisé un jour ou une heure dans leur vie : où cet homme a-t-il acquis ses connaissances apparemment infinies dans tous les domaines ? comment peut-il connaître ainsi le contenu des livres qu’il n’a pas lus ? d’où vient cette mémoire phénoménale ? où est-il parti ? dans quel but parcourt-il le monde ? comment parvient-il à se trouver dans deux pays en même temps ? possède-t-il des pouvoirs kabbalistiques ? pourquoi se comporte-t-il de façon si étrange ? que cherche-t-il ? etc.

Mais aussi, selon les nombreux témoignages de ceux qui ont rencontré ou même seulement croisé Monsieur Chouchani, on ne sort pas indemne d’une telle rencontre… ils racontent qu’on se trouverait soudain victime de phénomènes surnaturels ou pour le moins étranges…

Oui, au risque de froisser notre bon sens cartésien, beaucoup de personnes habituellement très rationnelles témoignent avoir assisté à des phénomènes inexpliqués après avoir rencontré ce clochard de génie. Comme si la proximité avec ce personnage hors du commun pouvait nous faire entrer dans un obscur univers parallèle. Comme chacun le sait désormais, j’ai interviewé pour mon film des centaines de témoins qui ont rencontré Chouchani de par le monde et j’ai entendu tellement d’histoires inquiétantes qui allaient dans ce sens que je finis par me demander s’il n’y a pas une part de vérité

A plusieurs reprises on m’a averti qu’il ne fallait pas m’approcher de cette histoire… pour mon bien, m’a-t-on-dit… L’homme faisait peur de son vivant et cette peur ne s’est pas dissipée après sa mort. Chouchani continue à hanter certains.
Je n’y croyais pas au début, mais effectivement, j’ai moi-même été témoin de faits non expliqués lors de mon enquête. Je raconterai à l’occasion quelques péripéties hallucinantes qui sont survenues.

Voici par exemple une anecdote authentique que j’ai décidé de vous dévoiler aujourd’hui.
Un jour, mon ami le rav Israel Altar m’envoie un message me disant qu’il était dans un centre commercial à Petah Tikvah et cherchait un petit restaurant pour se sustenter. Il est entré dans un snack et c’est alors qu’il a découvert avec stupeur une photo de Monsieur Chouchani accrochée au mur ! Oui, il l’a reconnu, c’était bien lui sur le mur, le mystérieux Chouchani. Comme s’il remplaçait la traditionnelle photo du Rabbi de Lubavitch ou de Baba Saleh comme porte bonheur. J’ai éclaté de rire en l’apprenant. Le rav Altar a même pris une photo de l’endroit et me l’a envoyée. Shushani in a restaurant

Comment Chouchani était-il arrivé jusque-là ? C’est absolument incroyable, qui a bien pu accrocher une photo de cet illustre inconnu dans ce snack d’une petite ville de banlieue ? Sûrement un disciple passionné, ou peut-être le fils d’un tel disciple. Le rav Altar a interrogé la serveuse pour savoir si elle savait de qui était cette photo et obtenir une explication.

Elle a répondu que son patron l’a accrochée ici comme talisman mais qu’elle n’avait pas la moindre idée de qui il s’agissait.
Emotion, suspense… nous sommes proches, semble-t-il, d’une découverte majeure sur Chouchani. Nous disposons d’une nouvelle piste inattendue qui va peut-être nous conduire vers de nouveaux éléments biographiques et qui vont révolutionner tout ce que nous croyons savoir sur lui. Cela est déjà arrivé quelques fois pendant mes années de recherche.
Le rav Altar n’a pas pu parler avec l’énigmatique patron mais s’est promis de revenir bientôt sur les lieux car il n’habite pas très loin. J’attends donc avec impatience. Qui est-ce. Pourquoi. Que sait-il.

Au bout de deux semaines, il m’a enfin donné toutes les explications (si vous n’êtes pas curieux ne lisez pas la réponse plus bas) :
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
« J’ai parlé avec le propriétaire du restaurant aujourd’hui. Il m’a raconté qu’il a vu l’émission de télévision dans laquelle tu es intervenu sur la Chaine 20 [ndt: Chaine de TV israélienne] et plus tard dans la nuit il a rêvé de Monsieur Chouchani. Alors il s’est mis à lire des informations sur lui et a décidé d’accrocher sa photo comme talisman. Il m’assure que depuis qu’il l’a mise, son affaire marche bien mieux… »

J’étais fort heureux d’entendre cet éclaircissement pour le moins surprenant. Peut-être faut-il commencer par distribuer des talismans de Chouchani ? Je ne suis pas sûr qu’il aurait adhéré.
Alors nous voilà désormais prévenus, Chouchani intervient aussi dans les rêves, et insuffle parfois de bonnes énergies.
NB : mon interview sur la Chaine 20 que le patron du snack a regardée par hasard https://youtu.be/ElTA7VVfJ3A

Interview de Michael Grynszpan sur Monsieur Chouchani – au micro d’Olivier Granilic

« Monsieur Chouchani éveille de plus en plus de curiosité », Michael Grynszpan parlait, au micro d’Olivier Granilic, de son film sur ce génie mystérieux et de la vente aux enchères des manuscrits de ce dernier.

Trois ans après la disparition d’Elie Wiesel – que savons-nous de ses rapports avec Chouchani ?

Article de Michael Grynszpan sur le Mystérieux Maitre d’Elie Wiesel, Monsieur Chouchani, publié en 2016 puis repris par d’autres ensuite…

Elie Wiesel a beaucoup écrit sur son Maitre d’après-guerre à Paris, le légendaire Chouchani (Monsieur ou Professeur Chouchani). Il a souvent répété : « je ne serais pas devenu l’homme que je suis aujourd’hui si je n’avais pas rencontré Chouchani ».

Certains experts sont même d’avis que cette rencontre et l’enseignement de Chouchani ont été déterminants dans la carrière d’écrivain de Wiesel puisque le Maitre aurait poussé le jeune Wiesel à s’interroger sur le monde, sur Dieu, sur l’existence du mal, la foi, l’injustice, etc… Monsieur Chouchani l’a bousculé, fasciné, traumatisé et même parfois humilié. Cela aurait poussé le jeune homme religieux qu’il était à approfondir ses questions, ses études et à écrire son premier roman « La Nuit ».
Wiesel le reconnait : « Je lui dois mes efforts constants de questionnement, ma poursuite du mystère qui réside dans le savoir et de l’obscurité cachée dans la lumière… »

Je souhaiterais dans cet article exposer la première occurrence dans l’œuvre de Wiesel de ce personnage génial et mystérieux. Même les spécialistes de Wiesel ne semblent pas l’avoir remarquée. On cite souvent les nouvelles qu’il a directement écrites sur Monsieur Chouchani ainsi que le long passage qu’il lui consacre dans son autobiographie, « Tous les fleuves vont à la mer », mais personne ne semble avoir repéré les personnages de son œuvre de fiction qui étaient directement inspirés par Monsieur Chouchani, un homme dont les caractéristiques sont pourtant si folles, si particulières et tellement reconnaissables, qu’elles devraient sauter aux yeux des lecteurs avertis.

Je travaille depuis quelques années à la réalisation d’un film documentaire sur ce génie méconnu du vingtième siècle. Un homme qui malgré son anonymat a influencé des dizaines de milliers de personnes, et parmi eux des scientifiques de premier ordre, des savants, des rabbins, des philosophes (dont le célèbre Emmanuel Levinas) et des écrivains.

On peut dire que Monsieur Chouchani, qui brouillait volontairement les pistes et a tout fait pour rester inconnu (Chouchani n’étant pas son vrai nom), était une face cachée de l’humanité. Il fuyait les honneurs et a pourtant eu un impact énorme. J’ai interviewé une centaine de témoins qui l’ont connu. Certains voyaient en lui un monstre, un diable, d’autres un saint, un génie modeste ou un « lamedvavnik » – un de ces trente-six justes sur lesquels, selon une antique tradition d’Israël, le monde repose en secret.

Filmmaker Michael Grynszpan and Elie Wiesel z.l.

Filmmaker Michael Grynszpan and Elie Wiesel z.l.

J’ai eu la chance de parler avec Elie Wiesel au téléphone, puis de le rencontrer à New York et enfin de l’interviewer dans son bureau. C’était, je crois bien, sa dernière interview filmée.

Ce ne fut pas chose facile. Il refusait toute demande d’interview, les autres médias CNN ou Yedioth Aharonot avaient reçu un refus ferme et définitif de sa part. Mais le souvenir de Chouchani m’a ouvert la porte de son cœur, et malgré mon insolence (chouzppah) et le refus de son entourage, Elie Wiesel m’a souri et a accepté que je prenne rendez-vous pour l’interviewer. Il acceptait de participer à mon film documentaire sur Chouchani parce qu’il voulait parler et entendre parler de son Maitre, mi-fou mi-prophète, à qui il devait tant.

Je lui ai donc exposé ma théorie selon laquelle le personnage de Vàrady dans son quatrième roman « La ville de la chance » (1962) était en fait Chouchani. D’ailleurs « vered » en hébreu signifie « rose » et dans un certain sens Chouchane aussi (en fait « Chouchane » serait plus précisément la « fleur de Lys », et « Chouchana » la « rose »). Elie Wiesel a plus ou moins avoué que j’avais raison.

Plus ou moins, parce qu’il avait quand-même quelques réserves. Il m’a dit qu’effectivement, malgré quelques différences avec Chouchani, le personnage de fiction Vàrady ressemblait beaucoup au vrai Chouchani, mais qu’il s’était aussi inspiré d’autres personnes qu’il avait croisées dans sa vie. Donc ma théorie « Vàrady = Chouchani » était partiellement validée par le grand écrivain. Cela nous donne donc quelques clés de compréhension du mystère Chouchani, tel que Wiesel l’imaginait à l’époque. Une époque où Chouchani était encore en vie et lisait ce que Wiesel écrivait !

Jugez donc par vous-mêmes dans ce texte extrait du livre de Wiesel, si en découvrant le personnage de Vàrady, il n’y aurait pas quelques ressemblances fortuites avec une personne de la réalité existant ou ayant existé.

« … descendant d’une grande famille rabbinique, il avait adopté le nom de Vàrady pour ne pas faire honte aux siens. Pourtant jusqu’à l’âge de dix-huit ans, il avait fait honneur au nom qu’il portait. Ses maîtres lui avaient conféré le titre prestigieux de Ilui qui signifie à la fois génie et érudit. Il savait le Talmud tout entier par cœur. Et les commentaires avec. Et les commentaires des commentaires. Il n’avait pas encore atteint ses quinze ans, que déjà il obtenait la smicha, le titre de rabbin. Devenu la gloire du pays, on avait prédit qu’il serait un nouveau Vilner Gaon. Les plus illustres rabbins cherchaient à l’avoir pour gendre.

Le changement survint dans sa dix-huitième année. Il se mit à étudier le Zohar et les autres livres de Kabbale. Pendant trois ans il ne quitta pas sa chambre. Il s’était imposé une solitude parfaite. Il mangeait seul, priait seul, se refusait à recevoir quiconque, y compris son père. On laissait ses repas sur une petite table en bois, près de la porte ; le lendemain on retrouvait au même endroit les plats qui souvent n’avaient pas été touchés. Pendant cette période d’isolement, personne n’avait posé les yeux sur lui. Il arrivait à l’un ou l’autre de ses amis d’apercevoir du dehors sa silhouette floue derrière la fenêtre. Il ressemblait à un morceau de nuit redoutant la venue du jour.

Puis, un soir, il ouvrit la porte et descendit à la synagogue, au rez-de-chaussée, où des dizaines de jeunes étudiaient le Talmud en chantonnant, à la lumière des bougies. Quand ils le virent, un silence brusque se fit dans la salle, tellement plein, tellement écrasant qu’il fit craquer les murs. « Dites aux autres que j’ai l’intention de faire un discours ce samedi. » Puis il tourna sur lui-même et remonta dans sa chambre. Quelques minutes plus tard, alors que le bruit de son retour se répandait comme le feu dans la ville, son père vint frapper à sa porte.

Il s’arrêta au seuil, pâle et tremblant. Père et fils se toisèrent un long moment, comme pour mesurer l’abîme que trois années avaient creusé entre eux. Ce fut le fils qui brisa le silence. « Père, dit-il et sa voix se brisa de chagrin. Je vous demande de ne pas venir ce samedi à la synagogue. » Le père blêmit sous sa barbe, un éclair passa dans ses yeux. « Es-tu sur de ne pas avoir surestimé ta force ? » murmura-t-il. Le fils ouvrit la bouche, mais ne dit rien. Alors le père recula d’un pas et sortit avec hâte.

Ce samedi-là, toute la ville, le père excepté, était à la synagogue. On n’avait jamais connu une telle affluence, ni une audience si nombreuse. Les chefs de la Yeshiva étaient là au grand complet accompagnés de leurs disciples aux papillotes frisées ; les bourgeois étaient là et les travailleurs, les cordonniers, les cochers et les tailleurs ; tous venaient avec femmes et enfants. Dans la salle réservée aux femmes, au premier étage, juste au-dessus, on suffoquait. C’était le matin, entre la prière de Shachrit et celle de Mussaf, aussitôt après la lecture de la Thora. Le jeune homme monta à la tribune et dévisagea avec grand calme son auditoire, suspendu aux moindres de ses gestes, au pli de ses lèvres.

Les trois années de séparation l’avaient rendu plus mur, plus beau, plus tourmenté, plus fin aussi. Selon l’usage, il prit la Sidrah de la semaine comme point de départ pour plonger ensuite dans le Talmud. Sur un verset de la Bible, il construisit une cathédrale, avec ses tours, ses fenêtres colorées, ses murs et ses silences. Ce fut un chef-d’œuvre de rhétorique. Les femmes pleuraient sans y comprendre mot. Mais sa voix était belle, profonde, elle portait loin. Les premiers à donner des signes d’inquiétude furent les chefs de la Yeshiva et quelques vieillards. Ils relevèrent la tête, comme pour mieux saisir et délimiter le sens de ce que captaient leurs oreilles.

Tout à coup, ils comprirent que l’orateur n’hésitait pas à blasphémer. Ses citations du Talmud, du livre d’Ezechiel, du Zohar, du Sefer Hayetzira, qui est l’ouvrage même de la création du monde, s’ajoutant l’une sur l’autre, ne montraient qu’une direction : le blasphème. La chose leur paraissait si incroyable, voire impossible, qu’ils laissaient le jeune homme continuer. Le visage enflammé, le regard au loin, il approchait d’ailleurs de la fin.

Alors il n’y eut plus aucun doute : il était perdu. Il souligna la puissance de l’homme qui peut se faire obéir du Messie. Il prétendait que la libération du Temps se fera sur un signal de l’homme et non de son Créateur, l’ironie et la beauté de ceci étant que « chacun d’entre vous, hommes et femmes qui m’écoutez, tient le Seigneur dans son pouvoir, car il est capable d’accomplir une chose dont Dieu serait incapable ! Il suffit de forger la volonté, la battre, la purifier, l’affranchir ! L’homme est non pas ce qu’il fait mais ce qu’il veut ! Il vaincrait le ciel, la terre, le mal et la mort à condition de saccager les remparts qui la protègent, la volonté, qui la tiennent prisonnière ! Moi-même qui vous parle, je vous annonce ici solennellement ma décision de nier la mort, de la repousser, de la ridiculiser ! Celui qui se tient devant vous ne mourra plus ! »

(…) L’auditoire fut frappé de stupeur. Un coup de foudre n’aurait pas eu plus d’effet. Le silence se prolongea et s’appesantit sur l’assemblée figée. Puis les chefs de la Yeshiva, suivis des vieux Talmudistes, sautèrent sur leurs jambes. S’étant ressaisis, ils brandirent leurs poings et crièrent : blasphème, blasphème ! Ils voulurent se jeter sur lui, mais le jeune homme, grâce au branle-bas, put s’esquiver sans grand dommage. Il ne rentra pas chez lui. Le soir même, en cachette, il quitta la ville sans laisser de traces. Il entreprit des voyages lointains, étudia à Paris et à Heidelberg, passa quelques années dans un Ashram aux Indes, accomplit un pèlerinage au Tibet où il vécut dans un monastère, parmi les lamas.

Lorsqu’il revint, trente ou quarante ans plus tard, il portait déjà le nom de Vàrady. Un certain nombre de ceux qui avaient entendu son discours était encore en vie. Le rabbin, un oncle à lui envoya un émissaire pour s’enquérir s’il s’était repenti. « Dis au rabbin, s’écria Vàrady, que je suis resté juif. A aucun moment je n’ai renié ma religion ou mon peuple. Mais je soutiens toujours, et plus que jamais, que l’homme est plus important que Dieu : que ce n’est nullement un péché que d’aspirer à l’immortalité, même au prix d’en chasser le Seigneur. Dis au rabbin que je lui survivrai, ainsi qu’à son fils. »

Naturellement, il ne fut pas réintégré à la communauté. Les uns le considéraient comme un renégat, les autres comme un hérétique. Nul ne franchissait le seuil de sa maison. Le seul qui vint lui rendre visite, une seule fois, c’était Gabriel, le converti : Vàrady le chassa. Il vivait seul, en marge, mais il vivait : c’était l’essentiel. On l’ignorait, on prétendait qu’il n’existait pas, mais dans ses profondeurs la ville tout entière écoutait, mesurait les battements de son cœur. Lui, Vàrady, s’en réjouissait. Les générations se succédaient, le rabbin avait rejoint les ancêtres et son fils mourut à son tour, mais Vàrady était toujours là. Chaque fois qu’un habitant trépassait, Vàrady semblait le charger d’un message à l’adresse de ceux qui assistaient à l’enterrement : « Vàrady vous fait dire, très irrespectueusement, qu’il vit, qu’il vous survivra à tous, comme il m’a survécu, à moi ! »

– Elie Wiesel, La ville de la chance (1962), pages 41-45

http://frblogs.timesofisrael.com/le-mysterieux-maitre-delie-wiesel/
Elie Wiesel and Michael

Three Masters sit: Borges, Kafka and Shoshani in the middle.

In this painting of the famous French painter Gerard Garouste “Three Masters and the fat gooses”, one can see Mister Shoshani sitting in the middle, between Kafka and Borges.garouste_les_trois_maitres

“Les trois maîtres et les oies grasses”, tableau du célèbre peintre contemporain Gérard Garouste.
On peut y voir Monsieur Chouchani assis au milieu entre Kafka et Borges.

New article on Levinas and his Master Shoshani

Congrats Prof Hanoch Ben-Pazi!
Chanoch Ben Pazi
“A Philosopher in the Eye of the Storm: Monsieur Chouchani and Lévinas’s “Nameless” Essay”
This article considers the role of the individual during crises in humanism and the ethical responsibility with which the individual is charged in such times of moral calamity. In a narrow sense, the article explores Emmanuel Lévinas’s “Nameless” (“Sans nom”), an essay that appears in his book Proper Names, and proposes viewing it as his personal reading in honor of his unique, unaccounted-for teacher Monsieur Chouchani. From a broader philosophical perspective, the article attempts to consider the meaning of ethics and the assumption of responsibility in times when doing so appears to offer no benefit and hold no significance whatsoever. From an educational perspective, it endeavors to better understand the ethical role of the teacher in both tranquil and tempestuous times. And finally, it also offers another profound observation of what Lévinas’s article refers to as the “Jewish condition,” not in a national historical sense but as a model of crisis-oriented ethical challenge.
Read here : https://www.cambridge.org/core/journals/ajs-review/article/philosopher-in-the-eye-of-the-storm-monsieur-chouchani-and-levinass-nameless-essay/0F760E8D80D55439B7862512ACA486F4

Le mystérieux Maître d’Elie Wiesel – article sur les rapports Chouchani-Wiesel

http://frblogs.timesofisrael.com/le-mysterieux-maitre-delie-wiesel/
Elie Wiesel and Michael

The last filmed interview of Elie Wiesel was about his Mentor Shoshani – Chouchani

Filmmaker Michael Grynszpan and Elie Wiesel z.l.

Filmmaker Michael Grynszpan and Elie Wiesel z.l.


We’ve just learned the sad news: Elie Wiesel, Auschwitz Survivor and Nobel Peace Prize Winner, Dies at 87. Baruch Dayan Emet (Blessed is the True Judge).

We had the privilege to meet him and to interview him last year in New York.
Elie Wiesel was happy to talk about his mentor and master Shoshani (Chouchani).

We believe this was his last filmed interview.

Elie Wiesel holds Shoshani / Chouchani’s letters in his private archives

Another fascinating article written by a talented journalist Ofer Aderet in Haaretz (same journalist who wrote the first article about our movie on Chouchani / Shoshani http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.553215)

Elie Wiesel and Joel Rappel - Picture : Dorit Rappel

Elie Wiesel and Joel Rappel – Picture : Dorit Rappel


This time it’s about the most famous book of Elie Wiesel, “Night”. We learn here that Dr Joel Rapel – who was the director of Elie Wiesel’s archives in Boston for years – found there this manuscript in Hebrew! Nobody knew until now that Wiesel wrote a version of “Night” in Hebrew because it has never been published. The text in Hebrew is different than the one in French.

Another interesting point in the article, though we knew it before from another source: Elie Wiesel holds letters that Chouchanu/Shoshani wrote him! Under what name did Chouchani sign his letters? good question… It’s important to stress the fact that Elie Wiesel has always maintained that Chouchani’s real name was Mordehai Rosenbaum.

Note: this mention of these letters doesn’t appear in the Hebrew translation of the original article of Aderet in Hebrew, one can say that Chouchani was lost in translation :)

http://www.haaretz.com/jewish/news/.premium-1.717093?utm_content=%24sections%2F1.717093.1462094157&utm_medium=EMAIL&utm_source=SMARTFOCUS&utm_campaign=1390118&utm_term=20160501-03%3A05&ts=_1462146040434