Tag Archives: maitre

Le mystérieux Maître d’Elie Wiesel – article sur les rapports Chouchani-Wiesel

http://frblogs.timesofisrael.com/le-mysterieux-maitre-delie-wiesel/
Elie Wiesel and Michael

Jean-Paul Sartre and Benny Levy read Levinas and hear Chouchani’s voice

Benny Levy fut le secrétaire de Jean-Paul Sartre. Militant maoïste de premier plan sous le pseudonyme de Pierre Victor, il dirige dans la France de l’immédiat « après-Mai » (début des années 1970) le parti Gauche prolétarienne. Il découvre ensuite Emmanuel Levinas et le Judaisme qu’il fait aussi decouvrir à Jean-Paul Sartre. Benny_Levy
Il entame alors un retour vers le Judaisme par l’étude des textes juifs, il explique cela dans cet entretien radio sur France Culture avec Alain Finkielkraut.

Benny Levy ne prononce pas ici une seule fois le nom Chouchani, mais l’oreille attentive l’entend pourtant dans chacune de ses phrases.
http://www.franceculture.fr/philosophie/benny-levy-chez-levinas-l-hebreu-n-etait-pas-une-religion-fossile-c-etait-une-pensee

“Levinas est celui qui a provoqué mon retour aux textes juifs, et à la vie juive. [...] Quand j’ai lu Levinas, au moment où je m’entretenais avec Sartre, j’ai eu le sentiment qu’il parlait d’ailleurs. Sentiment qui devient de plus en plus obsédant et puis qui s’explicite : il y a un horizon, un horizon propre qui est l’horizon de l’hébreu. C’est d’ailleurs ce qu’a compris Sartre, ce qu’a découvert Sartre avec moi, que l’hébreu ce n’était pas une religion fossile, c’était une pensée. Donc il y a une pensée qui se déploie autrement, qui relève d’un autre horizon.[...]”
“Levinas c’était – à travers toute l’intrigue d’autrui – retourner à la trace de Dieu. Levinas est celui qui a fait qu’il y ait retour du nom de Dieu dans la langue philosophique et tout particulièrement dans la langue française, c’est-à-dire cette langue qui était exceptionnellement rebelle à ce retour, car c’est une langue acéphale, je désigne cette notion importante pour Bataille “couper la tête du roi c’était couper la tête de Dieu”. Donc il y avait quelque-chose de militant dans l’athéisme. [...] Donc c’était un acte incroyable d’audace pour un garçon aussi respectueux qu’était Levinas, un acte incroyable d’audace de permettre que retourne le pharisien dans les lettres françaises.”
“Ce texte là nous brulait”.